LIEN ENTRE LA BOUCHE ET LE CORPS

La recherche actuelle confirme ce que les dentistes ont longtemps soupçonné : il existe un lien évident entre la maladie parodontale et d’autres affections chroniques telles que le diabète, les maladies cardiaques et l’ostéoporose.

La maladie parodontale se caractérise par l’inflammation du tissu gingival, la présence de bactéries pathogènes et l’infection sous la gencive. Les infections et les bactéries présentes dans la bouche peuvent se propager partout dans le corps et mener à une grande variété de problèmes de santé. C’est pourquoi il est important de toujours conserver une excellente hygiène buccodentaire et d’empêcher la progression de la maladie parodontale au moyen de traitements qui vous aideront non seulement à prévenir la maladie des gencives et la perte de l’os avoisinant, mais qui pourront également vous empêcher de développer une autre sérieuse affection chronique.

MALADIE PARODONTALE ET DIABÈTe

Le diabète est une maladie grave et incurable qui se caractérise par une trop grande quantité de glucose (ou sucre) dans le sang. Le diabète de type 2 survient lorsque le corps est incapable de régulariser les niveaux d’insuline, ce qui signifie que trop de glucose reste dans le sang. Quant aux diabétiques de type 1, ils sont tout à fait incapables de produire de l’insuline. Touchant entre 12 et 14 millions d’Américains, le diabète peut mener à d’autres problèmes de santé tels que les affections cardiaques coronariennes et les AVC.

La recherche montre que les gens atteints de diabète sont plus enclins à développer une maladie parodontale que les non-diabétiques. Les diabétiques qui ne contrôlent pas suffisamment leur glycémie développent aussi la maladie parodontale plus fréquemment et sévèrement que ceux dont le diabète est bien contrôlé.

Le lien entre le diabète et la maladie parodontale résulte de divers facteurs. Les diabétiques sont plus susceptibles à tous les types d’infections, y compris les parodontales, du fait que le diabète ralentit la circulation, ce qui permet aux bactéries de se coloniser. Le diabète réduit également la résistance globale du corps aux infections, accroissant ainsi la probabilité d’infection des gencives.

Les cas de maladie parodontale de modérés à sévères élèvent les taux de sucre dans le sang, en exposant le corps à de plus longues heures d’hyperglycémie. Les diabétiques atteints de parodontite sont fortement enclins à souffrir de glycémie plus élevée, ce qui rend plus difficile le contrôle du taux de glucose dans leur sang. De plus, de hauts taux de glucose dans la salive favorisent la croissance de bactéries pouvant causer des maladies gingivales.

L’épaississement des vaisseaux sanguins est un autre motif de préoccupation pour les diabétiques. La fonction des vaisseaux sanguins consiste à transporter les nutriments partout dans le corps et d’en retirer les déchets. À mesure que les vaisseaux épaississent sous l’influence du diabète, ces échanges de base ne peuvent plus s’opérer. Il en résulte que des déchets nocifs restent dans la bouche et peuvent ainsi réduire la résistance du tissu gingival, ce qui mène à l’infection et à la maladie.

Si l’usage du tabac est nuisible à la santé de tous, tant sur le plan buccal que général, il est particulièrement nocif pour les diabétiques. Les fumeurs diabétiques de plus de 45 ans s’exposent en fait à 20 fois plus de risques de développer une maladie parodontale que les non-fumeurs.

S’il est très important que tous se brossent correctement les dents, utilisent le fil dentaire tous les jours et visitent leur dentiste régulièrement, cette recommandation s’adresse particulièrement aux diabétiques. En effet, lorsqu’il y a négligence sur le plan de l’hygiène dentaire, des bactéries nuisibles peuvent ingérer le sucre excédentaire dans l’organisme et se coloniser sous la gencive.

Maladie parodontale, affections CARDIAQUES coronariennes ET AVC

Les affections cardiaques coronariennes surviennent lorsque les protéines grasses et une substance appelée plaque se développent sur vos parois artérielles. Cela entraîne un rétrécissement des artères, restreignant la circulation sanguine. Le transport de l’oxygène vers le cœur est entravé, ce qui résulte en souffle court, en douleurs à la poitrine, voire même en crise cardiaque.

Le lien entre la maladie parodontale et la maladie cardiaque est si apparent que les patients ayant des problèmes buccaux courent presque deux fois plus de risques de souffrir d’une affection cardiaque coronarienne que ceux jouissant d’une bonne santé buccale. Il s’est également avéré que la maladie parodontale pouvait exacerber des problèmes cardiaques existants. De plus, les patients atteints d’une maladie parodontale sont reconnus comme étant plus susceptibles d’avoir un AVC. L’accident vasculaire cérébral survient quand la circulation sanguine subit une interruption soudaine. Cela peut se produire, par exemple, lorsqu’un caillot sanguin empêche le sang de se rendre au cerveau.

Les liens entre la maladie parodontale et l’affection cardiovasculaire peut s’expliquer par le fait que les bactéries buccales pénètrent dans le système sanguin. Il existe de nombreuses familles de bactéries parodontales. Certaines pénètrent dans le sang et s’attachent à la plaque de graisse qui s’est formée dans les artères coronaires. Ce phénomène entraîne la formation de caillots et augmente le risque des affections locales, y compris celui de la crise cardiaque.

L’inflammation causée par la maladie parodontale provoque une augmentation des globules blancs et des protéines C-réactives (CRP) dans le sang. La CRP est une protéine qui a longtemps été associée aux maladies cardiaques. Lorsque ses niveaux sont élevés, la réaction inflammatoire naturelle du corps se trouve amplifiée. Les bactéries de la maladie parodontale peuvent pénétrer dans le sang et inciter le foie à produire plus de CRP, ce qui conduit à une inflammation des artères et à la formation possible de caillots sanguins. Les artères enflammées peuvent se bloquer, causant ainsi des crises cardiaques ou des AVC.

Les maladies coronariennes sont la cause principale de décès chez les hommes et les femmes aux États-Unis. L’adoption de saines pratiques d’hygiène buccodentaire et le recours à des traitements pour soigner les problèmes parodontaux peuvent aider à prévenir le risque de développer cette sérieuse maladie.

Maladie parodontale et grossesse

Les femmes enceintes souffrant d’une maladie parodontale exposent les enfants qu’elles portent à divers risques et complications. La grossesse provoque, chez la femme, des changements hormonaux qui augmentent la probabilité de développer une maladie parodontale telle que la gingivite (inflammation de la gencive). Ces problèmes buccaux sont liés à la prééclampsie (le cas d’un bébé présentant un faible poids à la naissance), de même qu’à une naissance prématurée. Heureusement, le fait d’enrayer la progression de la maladie parodontale grâce à l’adoption d’une excellente hygiène buccodentaire et au traitement des problèmes existants peut aider à réduire jusqu’à 50 % le risque de complications reliées à la maladie parodontale.

Plusieurs facteurs contribuent à expliquer pourquoi la maladie parodontale peut affecter la mère et l’enfant qu’elle porte. D’une part, on remarque une augmentation de la prostaglandine chez les mères à des stades avancés de la maladie parodontale, particulièrement la parodontite. La prostaglandine, un composé pouvant provoquer l’accouchement, se trouve dans les bactéries buccales associées à la parodontite. En d’autres termes, du fait que la parodontite augmente les niveaux de prostaglandine, la mère pourrait accoucher prématurément d’un bébé ayant un faible poids de naissance.

La recherche a permis d’associer récemment un autre composé à la naissance prématurée, particulièrement de bébés ayant une faible poids : il s’agit de la protéine C-réactive (CRP). La CRP a longtemps été associée aux maladies cardiaques. Les maladies parodontales augmentent les niveaux de CRP dans le corps, ce qui amplifie alors la réaction inflammatoire naturelle du corps. Les bactéries de la maladie parodontale peuvent ainsi pénétrer dans le sang, provoquer une augmentation de production de CRP dans le foie et mener à l’inflammation des artères ainsi qu’à la formation possible de caillots sanguins. Les artères enflammées peuvent causer un blocage, qui, à son tour, peut déclencher une crise cardiaque ou un AVC. Bien qu’on ne comprenne pas entièrement pourquoi un taux élevé de CRP peut également causer la prééclampsie, les études ont démontré hors de tout doute que des taux extrêmement élevés de CRP en début de grossesse constituaient un risque accru.

Enfin, les bactéries qui envahissent les poches gingivales dans une bouche malade peuvent voyager dans le système sanguin et infecter d’autres parties du corps. Chez la femme enceinte, la recherche montre notamment que ces bactéries peuvent se coloniser dans les glandes mammaires internes et dans les artères coronaires.

Si vous êtes enceinte, il est important que vous adoptiez une hygiène buccodentaire efficace à la maison afin d’éviter toute maladie gingivale. Nous sommes là pour vous aider à évaluer votre niveau de santé buccale et vous proposer des mesures et des programmes de traitement pour mieux vous protéger, vous et votre bébé.

MALADIE PARODONTALE ET MALADIES RESPIRATOIRES

Les maladies respiratoires se développent lorsque de fines gouttelettes sont aspirées par la bouche et la gorge jusque dans les poumons. Ces gouttelettes renferment des microbes qui peuvent se répandre et proliférer dans les poumons au point de gêner la respiration. Des recherches récentes ont également prouvé que les bactéries se trouvant dans la bouche et la gorge atteignent parfois vers les voies respiratoires inférieures, où elles peuvent causer des infections ou aggraver des problèmes pulmonaires existants.. 

Les bactéries qui se développent dans la cavité buccale pour se répandre dans les poumons peuvent causer des problèmes respiratoires tels que la pneumonie. Cela se produit principalement chez les patients souffrant de la maladie parodontale. On a découvert que cette affection jouait un rôle dans le développement de maladies telles que la bronchite et l’emphysème. Il a été prouvé que la maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC), un problème caractérisé par le blocage des voies respiratoires et causé principalement par l’usage du tabac, peut s’aggraver si le patient souffre également de la maladie parodontale.

Une immunité faible est l’une des raisons du rapprochement établi entre les problèmes respiratoires et la maladie parodontale. Les patients qui éprouvent des problèmes respiratoires ont généralement un système immunitaire affaibli, ce qui explique que les bactéries peuvent facilement se développer au-dessus et au-dessous du rebord gingival sans être confrontées au système immunitaire du corps. Lorsque la maladie parodontale est contractée de cette manière, elle ne peut que progresser et aggraver les problèmes respiratoires.

L’inflammation du tissu buccal est également liée aux problèmes respiratoires. Les bactéries buccales causant de l’irritation peuvent se propager dans les poumons et contribuer à l’inflammation de la plèvre, la paroi pulmonaire. Cela crée des problèmes respiratoires en raison de la limitation de la quantité d’air pouvant circuler librement dans les poumons.

Si vous recevez un diagnostic de maladie respiratoire ou parodontale, nous travaillerons de concert avec votre médecin pour mieux traiter les deux problèmes et éliminer toutes complications ultérieures.

Maladie parodontale et OSTéOPOROSe

L’ostéoporose est une maladie courante chez les patients âgés, plus particulièrement chez les femmes. Elle se caractérise par un amincissement des os et la perte de densité osseuse au fil des ans. L’ostéoporose survient lorsque le corps n’arrive plus à produire suffisamment d’os nouveau, ou lorsque le corps absorbe trop de vieux os. La principale cause  de l’ostéoporose s’explique par une baisse d’œstrogène chez la femme ménopausée, ou de la testostérone chez l’homme. Ceux qui souffrent d’ostéoporose doivent faire doublement attention dans leurs activités quotidiennes, puisqu’ils courent un risque accru de se fracturer les os.

La maladie parodontale pouvant également entraîner la perte osseuse, les chercheurs l’ont étudiée conjointement avec l’ostéoporose afin d’y déceler des connexions possibles. Les études ont montré que les femmes ayant des bactéries parodontales sont plus sujettes à perdre de la masse osseuse dans la cavité buccale et la mâchoire, ce qui peut causer une perte de dents. Les études menées sur une période de dix ans ont également révélé que les patientes atteintes d’ostéoporose pouvaient voir diminuer de façon importante leur perte de dents grâce au contrôle de la maladie parodontale. De plus, on a découvert que les femmes ménopausées souffrant d’ostéoporose étaient plus susceptibles, dans une proportion de 86 %, de développer la maladie parodontale.

Une déficience en œstrogène est une autre raison pour laquelle il existe un lien entre l’ostéoporose et la maladie parodontale. Une déficience en œstrogène accélère la progression autant de la perte osseuse buccale que celle des autres os. Elle accélère aussi la perte des fibres et des tissus qui gardent les dents solides. La perte de dents survient lorsque ces fibres sont détruites.

La faible densité minérale osseuse est l’une des causes de l’ostéoporose. L’inflammation résultant de la maladie parodontale affaiblit les os qui ont le plus tendance à se casser. Voilà pourquoi la parodontite peut être nocive et prendre de l’ampleur chez les patients souffrant d’ostéoporose.

Si vous recevez un diagnostic d’ostéoporose, il est donc extrêmement important que vous preniez des mesures préventives contre la maladie parodontale afin de protéger vos dents et les os de votre bouche.

LIEN ENTRE LA BOUCHE ET LE CORPS

La recherche actuelle confirme ce que les dentistes ont longtemps soupçonné : il existe un lien évident entre la maladie parodontale et d’autres affections chroniques telles que le diabète, les maladies cardiaques et l’ostéoporose.

La maladie parodontale se caractérise par l’inflammation du tissu gingival, la présence de bactéries pathogènes et l’infection sous la gencive. Les infections et les bactéries présentes dans la bouche peuvent se propager partout dans le corps et mener à une grande variété de problèmes de santé. C’est pourquoi il est important de toujours conserver une excellente hygiène buccodentaire et d’empêcher la progression de la maladie parodontale au moyen de traitements qui vous aideront non seulement à prévenir la maladie des gencives et la perte de l’os avoisinant, mais qui pourront également vous empêcher de développer une autre sérieuse affection chronique.

MALADIE PARODONTALE ET DIABÈTe

Le diabète est une maladie grave et incurable qui se caractérise par une trop grande quantité de glucose (ou sucre) dans le sang. Le diabète de type 2 survient lorsque le corps est incapable de régulariser les niveaux d’insuline, ce qui signifie que trop de glucose reste dans le sang. Quant aux diabétiques de type 1, ils sont tout à fait incapables de produire de l’insuline. Touchant entre 12 et 14 millions d’Américains, le diabète peut mener à d’autres problèmes de santé tels que les affections cardiaques coronariennes et les AVC.

La recherche montre que les gens atteints de diabète sont plus enclins à développer une maladie parodontale que les non-diabétiques. Les diabétiques qui ne contrôlent pas suffisamment leur glycémie développent aussi la maladie parodontale plus fréquemment et sévèrement que ceux dont le diabète est bien contrôlé.

Le lien entre le diabète et la maladie parodontale résulte de divers facteurs. Les diabétiques sont plus susceptibles à tous les types d’infections, y compris les parodontales, du fait que le diabète ralentit la circulation, ce qui permet aux bactéries de se coloniser. Le diabète réduit également la résistance globale du corps aux infections, accroissant ainsi la probabilité d’infection des gencives.

Les cas de maladie parodontale de modérés à sévères élèvent les taux de sucre dans le sang, en exposant le corps à de plus longues heures d’hyperglycémie. Les diabétiques atteints de parodontite sont fortement enclins à souffrir de glycémie plus élevée, ce qui rend plus difficile le contrôle du taux de glucose dans leur sang. De plus, de hauts taux de glucose dans la salive favorisent la croissance de bactéries pouvant causer des maladies gingivales.

L’épaississement des vaisseaux sanguins est un autre motif de préoccupation pour les diabétiques. La fonction des vaisseaux sanguins consiste à transporter les nutriments partout dans le corps et d’en retirer les déchets. À mesure que les vaisseaux épaississent sous l’influence du diabète, ces échanges de base ne peuvent plus s’opérer. Il en résulte que des déchets nocifs restent dans la bouche et peuvent ainsi réduire la résistance du tissu gingival, ce qui mène à l’infection et à la maladie.

Si l’usage du tabac est nuisible à la santé de tous, tant sur le plan buccal que général, il est particulièrement nocif pour les diabétiques. Les fumeurs diabétiques de plus de 45 ans s’exposent en fait à 20 fois plus de risques de développer une maladie parodontale que les non-fumeurs.

S’il est très important que tous se brossent correctement les dents, utilisent le fil dentaire tous les jours et visitent leur dentiste régulièrement, cette recommandation s’adresse particulièrement aux diabétiques. En effet, lorsqu’il y a négligence sur le plan de l’hygiène dentaire, des bactéries nuisibles peuvent ingérer le sucre excédentaire dans l’organisme et se coloniser sous la gencive.

Maladie parodontale, affections CARDIAQUES coronariennes ET AVC

Les affections cardiaques coronariennes surviennent lorsque les protéines grasses et une substance appelée plaque se développent sur vos parois artérielles. Cela entraîne un rétrécissement des artères, restreignant la circulation sanguine. Le transport de l’oxygène vers le cœur est entravé, ce qui résulte en souffle court, en douleurs à la poitrine, voire même en crise cardiaque.

Le lien entre la maladie parodontale et la maladie cardiaque est si apparent que les patients ayant des problèmes buccaux courent presque deux fois plus de risques de souffrir d’une affection cardiaque coronarienne que ceux jouissant d’une bonne santé buccale. Il s’est également avéré que la maladie parodontale pouvait exacerber des problèmes cardiaques existants. De plus, les patients atteints d’une maladie parodontale sont reconnus comme étant plus susceptibles d’avoir un AVC. L’accident vasculaire cérébral survient quand la circulation sanguine subit une interruption soudaine. Cela peut se produire, par exemple, lorsqu’un caillot sanguin empêche le sang de se rendre au cerveau.

Les liens entre la maladie parodontale et l’affection cardiovasculaire peut s’expliquer par le fait que les bactéries buccales pénètrent dans le système sanguin. Il existe de nombreuses familles de bactéries parodontales. Certaines pénètrent dans le sang et s’attachent à la plaque de graisse qui s’est formée dans les artères coronaires. Ce phénomène entraîne la formation de caillots et augmente le risque des affections locales, y compris celui de la crise cardiaque.

L’inflammation causée par la maladie parodontale provoque une augmentation des globules blancs et des protéines C-réactives (CRP) dans le sang. La CRP est une protéine qui a longtemps été associée aux maladies cardiaques. Lorsque ses niveaux sont élevés, la réaction inflammatoire naturelle du corps se trouve amplifiée. Les bactéries de la maladie parodontale peuvent pénétrer dans le sang et inciter le foie à produire plus de CRP, ce qui conduit à une inflammation des artères et à la formation possible de caillots sanguins. Les artères enflammées peuvent se bloquer, causant ainsi des crises cardiaques ou des AVC.

Les maladies coronariennes sont la cause principale de décès chez les hommes et les femmes aux États-Unis. L’adoption de saines pratiques d’hygiène buccodentaire et le recours à des traitements pour soigner les problèmes parodontaux peuvent aider à prévenir le risque de développer cette sérieuse maladie.

Maladie parodontale et grossesse

Les femmes enceintes souffrant d’une maladie parodontale exposent les enfants qu’elles portent à divers risques et complications. La grossesse provoque, chez la femme, des changements hormonaux qui augmentent la probabilité de développer une maladie parodontale telle que la gingivite (inflammation de la gencive). Ces problèmes buccaux sont liés à la prééclampsie (le cas d’un bébé présentant un faible poids à la naissance), de même qu’à une naissance prématurée. Heureusement, le fait d’enrayer la progression de la maladie parodontale grâce à l’adoption d’une excellente hygiène buccodentaire et au traitement des problèmes existants peut aider à réduire jusqu’à 50 % le risque de complications reliées à la maladie parodontale.

Plusieurs facteurs contribuent à expliquer pourquoi la maladie parodontale peut affecter la mère et l’enfant qu’elle porte. D’une part, on remarque une augmentation de la prostaglandine chez les mères à des stades avancés de la maladie parodontale, particulièrement la parodontite. La prostaglandine, un composé pouvant provoquer l’accouchement, se trouve dans les bactéries buccales associées à la parodontite. En d’autres termes, du fait que la parodontite augmente les niveaux de prostaglandine, la mère pourrait accoucher prématurément d’un bébé ayant un faible poids de naissance.

La recherche a permis d’associer récemment un autre composé à la naissance prématurée, particulièrement de bébés ayant une faible poids : il s’agit de la protéine C-réactive (CRP). La CRP a longtemps été associée aux maladies cardiaques. Les maladies parodontales augmentent les niveaux de CRP dans le corps, ce qui amplifie alors la réaction inflammatoire naturelle du corps. Les bactéries de la maladie parodontale peuvent ainsi pénétrer dans le sang, provoquer une augmentation de production de CRP dans le foie et mener à l’inflammation des artères ainsi qu’à la formation possible de caillots sanguins. Les artères enflammées peuvent causer un blocage, qui, à son tour, peut déclencher une crise cardiaque ou un AVC. Bien qu’on ne comprenne pas entièrement pourquoi un taux élevé de CRP peut également causer la prééclampsie, les études ont démontré hors de tout doute que des taux extrêmement élevés de CRP en début de grossesse constituaient un risque accru.

Enfin, les bactéries qui envahissent les poches gingivales dans une bouche malade peuvent voyager dans le système sanguin et infecter d’autres parties du corps. Chez la femme enceinte, la recherche montre notamment que ces bactéries peuvent se coloniser dans les glandes mammaires internes et dans les artères coronaires.

Si vous êtes enceinte, il est important que vous adoptiez une hygiène buccodentaire efficace à la maison afin d’éviter toute maladie gingivale. Nous sommes là pour vous aider à évaluer votre niveau de santé buccale et vous proposer des mesures et des programmes de traitement pour mieux vous protéger, vous et votre bébé.

MALADIE PARODONTALE ET MALADIES RESPIRATOIRES

Les maladies respiratoires se développent lorsque de fines gouttelettes sont aspirées par la bouche et la gorge jusque dans les poumons. Ces gouttelettes renferment des microbes qui peuvent se répandre et proliférer dans les poumons au point de gêner la respiration. Des recherches récentes ont également prouvé que les bactéries se trouvant dans la bouche et la gorge atteignent parfois vers les voies respiratoires inférieures, où elles peuvent causer des infections ou aggraver des problèmes pulmonaires existants.. 

Les bactéries qui se développent dans la cavité buccale pour se répandre dans les poumons peuvent causer des problèmes respiratoires tels que la pneumonie. Cela se produit principalement chez les patients souffrant de la maladie parodontale. On a découvert que cette affection jouait un rôle dans le développement de maladies telles que la bronchite et l’emphysème. Il a été prouvé que la maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC), un problème caractérisé par le blocage des voies respiratoires et causé principalement par l’usage du tabac, peut s’aggraver si le patient souffre également de la maladie parodontale.

Une immunité faible est l’une des raisons du rapprochement établi entre les problèmes respiratoires et la maladie parodontale. Les patients qui éprouvent des problèmes respiratoires ont généralement un système immunitaire affaibli, ce qui explique que les bactéries peuvent facilement se développer au-dessus et au-dessous du rebord gingival sans être confrontées au système immunitaire du corps. Lorsque la maladie parodontale est contractée de cette manière, elle ne peut que progresser et aggraver les problèmes respiratoires.

L’inflammation du tissu buccal est également liée aux problèmes respiratoires. Les bactéries buccales causant de l’irritation peuvent se propager dans les poumons et contribuer à l’inflammation de la plèvre, la paroi pulmonaire. Cela crée des problèmes respiratoires en raison de la limitation de la quantité d’air pouvant circuler librement dans les poumons.

Si vous recevez un diagnostic de maladie respiratoire ou parodontale, nous travaillerons de concert avec votre médecin pour mieux traiter les deux problèmes et éliminer toutes complications ultérieures.

Maladie parodontale et OSTéOPOROSe

L’ostéoporose est une maladie courante chez les patients âgés, plus particulièrement chez les femmes. Elle se caractérise par un amincissement des os et la perte de densité osseuse au fil des ans. L’ostéoporose survient lorsque le corps n’arrive plus à produire suffisamment d’os nouveau, ou lorsque le corps absorbe trop de vieux os. La principale cause  de l’ostéoporose s’explique par une baisse d’œstrogène chez la femme ménopausée, ou de la testostérone chez l’homme. Ceux qui souffrent d’ostéoporose doivent faire doublement attention dans leurs activités quotidiennes, puisqu’ils courent un risque accru de se fracturer les os.

La maladie parodontale pouvant également entraîner la perte osseuse, les chercheurs l’ont étudiée conjointement avec l’ostéoporose afin d’y déceler des connexions possibles. Les études ont montré que les femmes ayant des bactéries parodontales sont plus sujettes à perdre de la masse osseuse dans la cavité buccale et la mâchoire, ce qui peut causer une perte de dents. Les études menées sur une période de dix ans ont également révélé que les patientes atteintes d’ostéoporose pouvaient voir diminuer de façon importante leur perte de dents grâce au contrôle de la maladie parodontale. De plus, on a découvert que les femmes ménopausées souffrant d’ostéoporose étaient plus susceptibles, dans une proportion de 86 %, de développer la maladie parodontale.

Une déficience en œstrogène est une autre raison pour laquelle il existe un lien entre l’ostéoporose et la maladie parodontale. Une déficience en œstrogène accélère la progression autant de la perte osseuse buccale que celle des autres os. Elle accélère aussi la perte des fibres et des tissus qui gardent les dents solides. La perte de dents survient lorsque ces fibres sont détruites.

La faible densité minérale osseuse est l’une des causes de l’ostéoporose. L’inflammation résultant de la maladie parodontale affaiblit les os qui ont le plus tendance à se casser. Voilà pourquoi la parodontite peut être nocive et prendre de l’ampleur chez les patients souffrant d’ostéoporose.

Si vous recevez un diagnostic d’ostéoporose, il est donc extrêmement important que vous preniez des mesures préventives contre la maladie parodontale afin de protéger vos dents et les os de votre bouche.